DIF'actus

Comprendre et gérer les mycotoxines en élevage

15 décembre 2023
-

Les mycotoxines sont des substances toxiques produites par des champignons microscopiques. Elles sont générées par le métabolisme secondaire de moisissures et sont très résistantes à la chaleur.

Plus de 350 types de mycotoxines ont été identifiés, mais seule une trentaine d’entre elles présente des propriétés toxiques préoccupantes selon l’AFSSA. Elles sont un problème majeur en élevage, car elles peuvent entraîner des pertes économiques importantes. Les mycotoxines sont en effet difficiles à détecter, ce qui rend leur prévention et leur gestion encore plus importantes. 

Les mycotoxines peuvent se développer au champ ou pendant le stockage des aliments. 

  • Mycotoxines de champ : elles se développent sur les cultures, notamment dans des conditions humides et chaudes. Les céréales, les fourrages et les fruits sont particulièrement sensibles à la contamination par les mycotoxines de champ. 
  • Mycotoxines de stockage : elles se développent pendant le stockage des aliments, notamment lorsque les conditions de stockage sont inadéquates. Les aliments stockés dans des silos, des bâtiments ou des hangars sont particulièrement sensibles à la contamination par les mycotoxines de stockage.

Les principales familles de mycotoxines

On distingue cinq grandes familles de mycotoxines posant des problèmes sanitaires en élevage : 

  • Aflatoxines : ce sont les mycotoxines les plus toxiques. Elles sont produites par des champignons du genre Aspergillus, notamment Aspergillus flavus et Aspergillus parasiticus. Les aflatoxines sont présentes dans les céréales, les fruits à coque et les produits dérivés du lait. 
  • Trichothécènes : elles sont produites par des champignons du genre Fusarium, notamment Fusarium graminearum. Les trichothécènes sont présentes dans les céréales, les fourrages et les produits carnés. 
  • Zéaralénones : celles-ci sont produites par des champignons du genre Fusarium, notamment Fusarium graminearum. Les zéaralénones sont présentent dans les céréales, les fourrages et les produits laitiers. 
  • Fumonisines : elles sont produites par des champignons du genre Fusarium, notamment Fusarium verticillioides et Fusarium moniliforme. Les fumonisines sont présentes dans les céréales et les fourrages.
  • Ochratoxines : elles sont produites par des champignons du genre Aspergillus, notamment Aspergillus ochraceus. Les ochratoxines sont présentes dans les céréales, les fruits à coque et les produits dérivés du lait. 
Schema 1

Les conséquences des mycotoxines sur les performances des animaux d’élevage

Les mycotoxines peuvent entraîner de graves conséquences sur les performances des animaux d’élevage,  notamment des problèmes chroniques :  

  • L’aggravation des maladies 
  • La baisse de la productivité (baisse de la production de lait, de viande ou d’œufs, etc.)  
  • Des troubles de la reproduction : pertes embryonnaires, avortements, baisse de la fertilité, etc.

Ces facteurs agissent sur quatre mécanismes primaires notamment la baisse de l’ingestion, l’altération du métabolisme, une diminution de l’immunité et la perturbation hormonale. 

Focus chez les vaches laitières

Les vaches laitières sont particulièrement sensibles aux mycotoxines, car elles sont nourries avec une grande quantité d’aliments. Les mycotoxines peuvent avoir des conséquences négatives sur la production laitière, la qualité du lait et la santé des vaches.

Enfin, les mycotoxines peuvent avoir un impact négatif sur la qualité du lait et sur la santé des vaches, en favorisant l’apparition de maladies, telles que des avortements, des kystes ovariens ou des ulcères. 

Les éleveurs doivent donc être vigilants et prendre des mesures pour réduire le risque de contamination par les mycotoxines. Ces mesures comprennent des bonnes pratiques culturales, de stockage et d’analyse des aliments. 

DIGEXINE +, la solution à spectre large

DIGEXINE®+ aide à la digestion et à l’assimilation des fourrages conservés dans des conditions difficiles.

DIGEXINE®+ contient : 

  • De l’argile clinoptilolite d’origine sédimentaire active sur Aflatoxine (AFB1) et Fumonisine B1 (FB1)
  • De l’argile bentonite 
  • Des parois de levures sélectionnées : actives sur Zéaralénone, Fumonisine B1 (FB1), Ochratoxine (OTA) et Trichotécène (DON)

L’ARGILE CLINOPTILOLITE

L’argile clinoptilolite détient un pouvoir absorbant très fort. Sa structure cristalline lui confère une importante capacité d’échange cationique équivalente à 36 hectares par kg, ce qui signifie qu’elle piège efficacement les toxines et les autres molécules organiques pour purifier l’appareil digestif.  

LES PAROIS DE LEVURES AGRIMOS

Les parois de levures ont des propriétés intéressantes dans le cadre des mycotoxines. Elles peuvent être utilisées pour réduire l’exposition des animaux aux mycotoxines.

Effet direct de captation : Les parois de levures ont un effet direct de captation sur les mycotoxines. Les parois de levures sont particulièrement efficaces contre les mycotoxines suivantes : Zéaralénones (ZON), Fumonisines B1 (FB1), Ochratoxines (OTA). 

Effet indirect via la modulation du système immunitaire : Les parois de levures sont particulièrement efficaces contre les mycotoxines suivantes : Trichotécènes (DON),  Aflatoxines (AFB1). 

 

Gestion des risques des mycotoxines

Pour garantir la santé optimale de vos animaux d’élevage et prévenir les risques liés aux mycotoxines, Difagri vous propose des services d’analyse spécialisés. Nous réalisons des analyses approfondies sur les fourrages présents dans vos élevages. Grâce à notre expertise, nous identifions la présence de mycotoxines et évaluons les niveaux d’exposition. Sur la base de ces analyses, nous vous fournirons des recommandations personnalisées visant à améliorer la qualité de l’alimentation de vos animaux et à minimiser les risques sanitaires.  

Sources :  sources internes, AFSSA, Actifeed

Partager cet article sur :

Articles similaires

26 février 2024
-
La production de lait d’une vache est déclenchée par la naissance du veau. Généralement au bout de 10 mois, l’éleveur arrête de traire la vache pour lui permettre de se « reposer » pendant environ 2 mois avant le vêlage suivant.
3 janvier 2024
-
2023 a été une année particulière pour Difagri, avec l’arrivée de Cédric De Boulogne, notre nouveau dirigeant, la célébration des 50 ans de l’entreprise, le lancement de nombreux projets et l’arrivée de nouveaux collaborateurs.